L’importance de votre confort physique au travail

confort au travail

Bonjour à toutes et à tous,

Voici un nouvel article d’une longue série, avec toujours un seul objectif : vous convaincre d’utiliser des techniques, astuces et solutions pour vous simplifier la vie !

Vous travaillez de longues heures à votre poste de travail[1] et peut-être que vous souffrez de courbatures ou de tensions musculaires par-ci par-là, ou que vous êtes un peu irritable. Si vous vous reconnaissez dans ces situations, des solutions existent pour les réduire !

Il est utile de se rappeler que le confort physique au travail est vital pour pouvoir garder une bonne santé et générer de bons résultats dans de bonnes conditions. Voici des conseils personnellement utilisés et qui font leurs preuves :

Le poste de travail

Sauf exceptions, il est composé d’un écran externe, d’un ordinateur portable fixé sur une docking station ou d’une tour, d’un clavier, d’une souris et de votre casier/meuble à tiroirs/meuble à dossiers. Voyons un peu ces équipements[2]

Votre écran externe

Posé devant vous à une distance longue comme votre bras depuis le bord avant de votre table. Lorsque vous êtes assis(e), votre regard doit se poser à l’horizontal sur le haut de l’écran ou légèrement vers le bas sur votre écran. L’objectif est d’avoir la nuque droite et verticale pour regarder votre écran. Évitez les multiples écrans qui vous obligeront à garder la nuque tournée plus de 5 min. Vous protégez le haut de votre dos et votre nuque ainsi. Si vous avez mal aux yeux, il est possible de réduire l’intensité lumineuse de votre écran.

Votre clavier

De préférence filaire pour réduire le champ électromagnétique nocif autour de vous, il est à poser devant vous pour qu’il soit proche du bord de votre table. Quand vous devez travailler avec la partie chiffres à droite de votre clavier, bougez l’équipement à gauche pour que votre bras droit soit perpendiculaire à votre rebord de table et pas ouvert sur la droite. Protégez le haut de votre dos, vos poignées et vos épaules ainsi.

Votre souris

De préférence filaire pour la même raison précitée, il est à poser proche de votre clavier. Si vous avez besoin de travailler essentiellement avec votre souris, poussez votre clavier sur le côté et positionnez-la devant votre bras pour que celui-ci soit aussi perpendiculaire à votre table. Vous préserverez ainsi votre bras, épaule et la zone de l’omoplate.

Votre chaise de bureau

De préférence ajustable à la hauteur de votre table. L’objectif est que vos pieds soient posés à plat sur le sol ou un repose-pied, que vos mollets soient verticaux et ouverts à 90° par rapports à vos cuisses qui sont posés à plat sur l’assise de votre chaise.

Votre casier/meuble à tiroirs/meuble à dossiers

A disposer de façon que vos jambes aient toute la place qu’il leur faut. Essayez de l’avoir suffisamment à distance pour être libre de vos mouvements.

Une lampe et une plante

Posées sur votre bureau, elles apporteront du réconfort, surtout pendant les périodes froides. La lampe est vraiment utile quand il règne une faible luminosité dans votre bureau pour le confort de vos yeux.

Cette vidéo YouTube vous permettra de voir un exemple d’une bonne ergonomie de poste de travail : Bien installer son poste de travail informatique – YouTube

 

Les pauses

Il y a différentes sortes de pauses pour reposer vos corps physique et mental de leurs tensions multiples. Gardez en mémoire que faire des pauses régulières vont vous permettre de vous détendre dans tous les sens du terme et assurer un travail de qualité tout au long de la journée… et sur le long terme.

    • La pause toutes les heures où vous vous levez pendant 5-6 minutes pour vous dégourdir les jambes et les fessiers. Vous pouvez aller marcher autour de votre bureau ou rester derrière votre bureau et faire quelques exercices d’étirement. Ou allez vous servir votre boisson préférée.
    • La pause toutes les 20 minutes où vous levez votre regard de votre écran pour regarder à 20m et 20km plus loin pour reposer vos yeux et les muscles oculaires.
    • La pause de midi où vous cessez de travailler pour manger un repas équilibré pendant 45 minutes à 1 heure pour reposer votre esprit et détendre les muscles du haut de votre dos qui peuvent être crispés.
    • La pause en fin de journée où vous pouvez libérer de la charge mentale en coupant votre mobile professionnel et votre ordinateur. Ceci fait partie du « droit à la déconnexion » qu’il est important de suivre pour votre bien-être personnel. Quelques idées pour vous couper de votre journée de travail : changer de vêtements pour en porter de plus confortables, écouter de la musique qui vous tient à cœur, sortir promener le chien, écouter un podcast que vous aimez, faire les courses pour préparer un délicieux dîner qui vous donnera le sourire, demander à vos enfants comment s’est passée leur journée et écouter leurs réponses, etc .

 

L’environnement de travail

L’open space

S’il y règne beaucoup de bruit, rien ne vous empêche de poser une affiche bien en vue pour demander aux passants de parler doucement. Vous pouvez également porter des écouteurs et écouter de la musique si cela vous convient. Lorsque je devais vraiment me concentrer, je mettais mon casque de téléphone sur les oreilles, et je posais une petite affiche sur mon bureau avec écrit « en réunion, merci de ne pas déranger ». Cela évitait que des collègues viennent me taper sur l’épaule pour « me poser juste une petite question ». Si le bruit est vraiment insoutenable et que vous avez beau demander gentiment à vos collègues de faire preuve de plus de discrétion, n’hésitez pas à en parler à votre responsable ou à un membre de la CHSCT. Il en va de votre santé mentale que de travailler dans un environnement calme.

Logiciel de présence

Si votre entreprise utilise un logiciel qui permet de savoir si vous êtes en réunion ou pas, je vous conseille de vous « envoyer des invitations » dans votre calendrier pour bloquer des créneaux de travail intense (en prévenant votre responsable si besoin). Le fait de bloquer des créneaux dans votre calendrier n’est malheureusement pas suffisant, car cela indique que vous êtes « occupé » mais pas « indisponible ».

Télétravail
  • Si vous faites du télétravail, dans la mesure du possible, dédiez un espace propice dans votre logement pour pouvoir travaillez en toute quiétude.
  • Offrez-vous ou faites-vous offrir par votre employeur un siège de bureau adapté à votre morphologie. Vous pouvez en acheter un neuf ou reconditionné pour moins de €300.
  • Mettez-vous une alarme sur votre mobile qui sonnera la fin de la journée de travail et organisez-vous pour respecter l’horaire que vous avez fixé. Nous en revenons au droit à la déconnexion.
  • Analysez le temps qu’il vous faut idéalement pour vous déconnecter de votre journée de bon travail, vous reposer, préparer un bon dîner, vous occuper des enfants, laver la vaisselle et ranger la cuisine et surtout pour votre rituel du coucher, etc., et casez-le dans votre journée.
  • Nous sommes chacun(e) responsable de notre bien-être, tout en atteignant nos objectifs de travail.

 

J’espère que vous avez apprécié cet article et que vous y avez trouvé des informations utiles. Dans les commentaires, dites-moi ce que vous en pensez, ce que vous avez testé, et si vous avez des sujets que vous voulez que je traite dans ce blog !

A tout bientôt,

Caroline

PS : Et pour recevoir d’autres informations de ce type… abonnez-vous à ma newsletter !

[1] Pour une meilleure compréhension des exemples, l’article fait principalement référence à un travail de bureau.

[2] Je précise que je ne suis pas ergothérapeute ni ostéopathe, et que votre cas précis nécessiterait peut-être la venue sur site de l’un de ces praticiens pour vous aider organiser votre poste de travail.

  • bureau
  • CHSCT
  • confort
  • open space
  • pauses
  • télétravail

Laisser un message

Votre adresse email ne sera pas publiée.